TÉLÉCHARGER BYE-BYE DE KARIM DRIDI

TÉLÉCHARGER BYE-BYE DE KARIM DRIDI

TÉLÉCHARGER BYE-BYE DE KARIM DRIDI

Donner la parole, et montrer. Pour rendre justice, comme un cri de rage. Il y avait une volonté de tourner à nouveau là-bas? Ils sont souvent utilisés comme un décor, ou un prétexte.

Nom: bye-bye de karim dridi
Format:Fichier D’archive
Version:Dernière
Licence:Libre (*Pour usage personnel)
Système d’exploitation: MacOS. Android. iOS. Windows XP/7/10.
Taille:66.21 MB

Et cela sans jamais tomber dans le cliché. On a une vision très tronquée de la réalité.

La fiction permet de montrer des choses que le documentaire ou même le reportage ne peuvent pas montrer. Quand il revient pour quelques jours à Marseille, son frère, un caïd, est tué.

Il décide alors de venger son frère. A-t-il raison? Comment "tuer" sans trop de casse la génération des parents?

Qu'est-ce qu'être un bon fils, ou un bon frère? Bye bye, c'est aussi le travail de deuil, savoir dire adieu à un frère, à son enfance, à une ville.

C'est encore le portrait d'un Marseille chaud et vibrant, saisi au quotidien et au travail, celui qui est toujours camouflé par les gros titres sur l'OM ou le folklore pagnolesque. Tout ce petit monde crépite à l'écran parce que Dridi a su appliquer la leçon d'un de ses maîtres, Renoir, en étudiant la complexité humaine plutôt que la sociologie.

Il fallait avoir une forme permettant son accessibilité. Il faut faire du cinéma, tout simplement. Sans oublier pourquoi on fait ce film.

Regarder ce film

Les financeurs étaient réticents? Il y a eu des séquences de films et de séries tournés dans les quartiers Nord mais jamais un film avec des acteurs issus directement de ces quartiers.

Ça a été compliqué de trouver un financement pour un film comme ça parce que les investisseurs dans le cinéma français étaient très réticents à ce genre de film. Il y avait une frilosité, une peur et une envie de ne pas traiter ce type de sujet.

Comme si sur films français faits par an, il y avait beaucoup de films qui se passait au coeur des quartiers. Celles qui ont perdues leur fils ou jeunes maris.